Un médecin pour la savanne 



Il était une fois, dans la savane africaine, des animaux qui avaient besoin d'un médecin, car les infections causées par les flèches des chasseurs et d'autres épidémies faisaient des ravages dans le monde des animaux sauvages. Alors sa majesté le lion eu une idée et convoqua ses sujets dans la cour en leur déclarant :

"Mes chers compatriotes, je vous ai réunis pour vous annoncer qu'il nous faut un médecin dans cette jungle pour les blessures causées par les chasseurs, aussi je vous demanderais que des volontaires parmi vous se proposent comme futur médecin et chaque candidat devra exposer ses qualités devant sa majesté, c'est-à-dire moi et moi-même, mais aussi ses défauts."


Les candidats furent nombreux.

L'éléphant, le tigre, et le singe.


L'éléphant commence : "Votre majesté, je me juge apte à être le médecin de la jungle car je suis grand et fort, j'ai aussi une trompe qui ne me sert pas seulement pour ramasser des litres d'eau mais aussi elle peut me servir à saisir les patients les plus faibles et les mettre sur mon dos..."

- Vos défauts, monsieur l'éléphant, s'impatiente le roi.

- Votre majesté comme je suis lourd, je marche lentement.

- Suivant ! Les patients risquent de mourir avant que vous n'arriviez.


Le tigre se présente à son tour : "Votre majesté, je peux être le médecin de la jungle car je suis certainement le mieux placé. Je peux courir à 100 km/h, j'ai la possibilité également de prendre les patients dans ma bouche et monter sur un arbre en cas de besoin..."

- Nous avons bien compris mais nous attendons vos défauts monsieur le tigre, interrompt le roi.

- Ma foi, comme je suis carnivore, j'aurai du mal à me retenir en voyant une bête affaiblie.

- Suivant ! Tous les patients risquent de se faire manger par vous !


Puis le singe se présente en se lissant le peu de cheveux qu'il a sur la tête :

"Votre majesté, je suis certainement le médecin idéal pour la jungle car je suis la seule personne parmi nous qui est capable de marcher à quatre pattes mais peux aussi me mettre debout comme l'homme, je peux même comprendre leurs paroles et vous servir d'espion pour vous prévenir des complots des chasseurs qui vous poursuivent avec leurs flèches empoisonnées."

- Venons aux défauts, s'il vous plaît, monsieur le singe ! Lui lance le roi.

- Je n'en ai pas, votre majesté ! Répond le singe.

- Aucun ! Insiste le roi.

- Aucun je vous assure, répète le singe.

- Et bien voilà ! Ce qu'il nous faut, c'est un médecin sans défauts ! Vous êtes engagé, qu'on se le dise !


Quelques jours plus tard, sa majesté a mal à l'œil. On appelle le médecin, il arrive mal habillé et de plus en plus chauve comme tous les toubibs, avec un caillou attaché sur son cou pour écouter le cœur. Il examine l'œil et déclare que tout va bien.

Le roi insiste :

- Bon sang, j'ai toujours mal à l'œil et vous êtes le médecin, trouvez-moi ce qui ne va pas dans mon œil !

Le singe plonge la main dans l'œil du roi, le rafle à toute vitesse, le met devant le nez du roi et dit : "puisque vous ne me croyez pas, regardez donc vous-même !"


Moralité : Dans le monde des hommes comme dans le monde des animaux, monsieur le singe n'est certainement pas le seul à pratiquer le "monkey business" pour obtenir un poste au-dessus de ses compétences.






  Conte suivant Page d'Accueil


Valid HTML 4.01 Transitional